Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
18 mai 2013 6 18 /05 /mai /2013 08:07

Vidéo: Alain Wagner ridiculise Aymeric Caron et défend Veronique Genest

Alain Wagner, consultant en Islam et président de l’ICLA (International Civiles Liberties Alliance) ne fait qu’une bouchée d’Aymeric Caron le chroniqueur de l’émission « On n est pas couché » animée par Laurent Ruquier. Par la meme occasion, Alain Wagner nous éclaire sur tous les points évoqués par Véronique Genest.
Un régal !

http://www.europe-israel.org/2013/03/video-alain-wagner-ridiculise-aymeric-caron-et-defend-veronique-genest/

 

Repost 0
17 mai 2013 5 17 /05 /mai /2013 18:51

On marche sur la tête... Entendu sur TF1 ce soir: On attend des Polonais pour ramasser les fraises dans la Drome????? et nos 3 millions de chomeurs qu'es ce qu'ils font?? ils se reposent!!!!!!!!

Repost 0
17 mai 2013 5 17 /05 /mai /2013 14:48

LA LETTRE n° 167 Pont-St-Esprit, le 18 mai 2013

 

On n’arrête pas le progrès, et la précarité de l’emploi qui va avec : à la demande de La Poste, certains rues ont été renommées pour être plus visibles, et les numéros des maisons devront désormais apparaître clairement. Ceci, afin de faciliter le travail des facteurs, nous dit-on…

De plus, assez rapidement, comme cela se fait déjà ailleurs, quand l’adresse du destinataire sera mal libellée, ou incomplète (absence du numéro de la maison, par exemple), la lettre ne sera pas remise, mais envoyée au centre des plis non-distribués.

C’est là qu’elle pourra être réclamée mais, par l’expéditeur uniquement, qui devra remplir un dossier et répondre à un tas de questions pour prouver que c’est bien lui qui l’a envoyée… Et la lettre lui sera retournée dans les 3 semaines qui suivront. Autant dire que, dans la plupart des cas, l’expéditeur ne la réclamera pas, si en faire une autre lui pose moins de problèmes.

 

Quand on pense qu’il n’y a pas si longtemps, le facteur connaissait tout le monde, distribuait le courrier même quand il manquait le nom de la rue et, qu’à la campagne notamment, on le faisait entrer pour lui servir un gorgeon… Vraiment, quel ‘’progrès’’ accompli en quelques années !

Et ceci, à cause de l’important turn-over lié à la précarité de l’emploi, devenu méthode de management. Bref, on n’arrête pas le progrès, mais est-ce bien là un progrès ?…

 

L’inévitable politisation des élections municipales : jusqu’à présent, aux municipales, on pouvait éluder la question politique, en partant du principe qu’une commune peut très bien être gérée simplement avec un peu de bon sens, de réalisme, et la notion de l’intérêt commun (on fera ici abstraction du fait que ce sont les conseillers municipaux qui élisent les sénateurs, élection éminemment politique, si ce n’est que son incidence sur la vie de la commune est assez indirecte).

Cela dit, comme on l’a vu dans la dernière lettre, le développement des communautés de communes (l’agglo en ce qui nous concerne), auxquelles on transfère une partie des compétences des communes, diminue d’autant le pouvoir des élus municipaux. Ces transferts ne leur échappent pas complètement, puisque ce sont eux qui vont siéger à la communauté, si ce n’est qu’ils vont y arriver en simples conseillers, comme les autres élus des autres communes.

C’est ainsi qu’au sein des conseils de communautés, les élus se rapprochent naturellement les uns des autres en fonction de leurs sensibilités, pour former des groupes d’appartenance politique. Puis ils élisent leur président, qui sera naturellement issu du parti majoritairement représenté à la communauté ; de même pour les autres postes et pour les orientations qui seront prises…

Ainsi, les partis dominant au sein des communes devenant les dirigeants des communautés, désormais, un maire ne peut plus se dire hors des partis vu que, arrivé à sa communauté, il se rattachera inévitablement à l’un des grands partis représentés.

 

Si on prend l’exemple de Pont, notre maire est classé divers gauche, apparenté socialiste, à la tête d’une majorité municipale où siègent les dirigeants locaux du PS et du PC. Ainsi, au sein de l’agglo, il s’associe naturellement à ses amis Socialistes, actuellement majoritaires, qui dirigent donc l’agglo. Situation qui pourrait changer après les municipales, si bon nombre de mairies de l’agglo passent de gauche à droite…

D’où, en ce qui nous concerne, l’intérêt d’avoir une liste divers droite aux prochaines municipales, afin de rassembler au maximum et renverser les sortants divers gauche. D’autant qu’ailleurs, à Bagnols notamment, s’ils font de même, on pourrait avoir un changement de majorité à l’agglo…

En résumé, la politisation des municipales est devenue inévitable, du fait que le parti qui domine dans les communes dirige l’agglo, dont les décisions concernent les communes.

 

La pensée du jour : c’est en allant vers la mer que les fleuves sont fidèles à leurs sources.

(Jean Jaurès)

 

Repost 0
8 mai 2013 3 08 /05 /mai /2013 04:48

LA LETTRE  n° 166 Pont-St-Esprit, le 8 mai 2013

 

Le ’’mur des cons’’ : initié par le Syndicat de la magistrature, on y trouve, par exemple, le nom du général Schmitt, dont la fille a été sauvagement assassinée dans le RER, et qui a fait preuve d'une dignité extraordinaire lors du procès de l’assassin multirécidiviste. Mais, le général s'est ensuite battu contre la libération des multirécidivistes, ce qui lui vaut le mépris haineux de ces magistrats.

Simple péripétie ou signe révélateur de notre époque, il n’y a pas si longtemps, personne n’aurait osé faire un tel ‘’mur’’, même dans l’intimité la plus obscure de son cerveau. Aujourd’hui, il s’affiche.

Ce ‘’mur’’ n’est pas sans rappeler ce que faisaient les sycophantes locaux lors des dernières municipales avec leurs blogs anonymes, qui tiraient à boulets rouges sur ceux qui n’avaient pas le bon goût d’être de leur bord. Les élections passées, ces blogs ont été mis en veilleuse, mais il n’est pas impossible qu’ils reprennent du service quand s’ouvrira la campagne. Enfin, on est prévenu…

Cela dit, qu’au niveau national, un syndicat de magistrats se distingue de la sorte, montre, comme aurait dit Brassens : ‘’qu’il y a quelque chose de pourri au royaume de Thémis…’’.

 

L’agglo, souci number one : : volonté politique traduite par la loi, depuis quelques années on met en place des intercommunalités, auxquelles les communes sont tenues de transférer certaines prérogatives et compétences (pour reprendre la terminologie consacrée). C’est ainsi, en ce qui nous concerne, que s’est créée la communauté de communes RCL (Rhône-Cèze-Languedoc), laquelle a disparu le 1er janvier, en s’intégrant dans une plus grande structure, l’agglo (Communauté d’agglomération du Gard Rhodanien) regroupant toutes les communes concernées.

Ainsi, petit à petit, les communes sont dépouillées de bon nombre de leurs compétences, donc de leur pouvoir, au profit des intercommunalités, en l’occurrence l’agglo, pour ce qui nous concerne.

 

Au problème politique posé par ces transferts de pouvoir, s’ajoute un problème de gestion et de représentativité. En effet, l’agglo est dirigée par un conseil composé de membres issus des conseils municipaux des communes concernées. Mais, comme ils sont désignés par eux-mêmes, on ne retrouve à l’agglo que des élus proches des maires, à l’exclusion de ceux de l’opposition. Ce qui prive ces élus d’opposition du contrôle de gestion, qui est leur raison d’être.

En résumé, l’agglo est dirigée par un conseil qui, en plus de ne pas être représentatif des électeurs, peut gérer les affaires avec une transparence relative …et l’on sait où cela peut mener.

 

Quand s’est créée RCL, j’ai saisi le ministre concerné, à l’époque Nicolas Sarkozy, et notre député, Jean-Marc Roubaud : échanges de courriers, reconnaissance par le ministre qu’il y avait un problème de représentativité démocratique et qu’il fallait corriger cela, etc.. Mais pour l’heure, rien n’a changé et, à notre agglo, ne siègent que des élus de la majorité…

 

D’autre part, on a déjà évoqué ici divers rapports (voir lettres 153 et 156), dont celui du député (pourtant Socialiste), René Dosière qui conclut : «…par l’effet de masse, les regroupements de communes promettaient des économies, et on assiste au contraire à une explosion des dépenses…l’appartenance à une intercommunalité tend à accroître les impôts locaux…au lieu de mutualiser on a multiplié, etc.». Il n’est donc pas étonnant que notre agglo soit mal gérée et, en y regardant de près, il s’avère même qu’elle l’est aussi mal que l’était notre commune au début des années 90, quand j’ai commencé à tirer la sonnette d’alarme... bref, il serait temps de réagir.

 

Ainsi, les élus qui sortiront des urnes municipales de mars prochain, devront avoir pour premier souci de se pencher sur la question de l’agglo. Et, comme en sortir n’est pas possible, il devront s’y investir vraiment, pour y imposer une gestion plus rigoureuse, sinon c’est très vite que l’agglo deviendra aussi pesante pour les contribuables que l’est encore notre commune.

Et ceci d’autant plus que c’est un débat que les élus évitent généralement… Peut-être parce qu’ils considèrent que leurs électeurs n’ont pas le niveau pour comprendre, à moins que ce soient eux qui n’aient pas le niveau suffisant pour leur expliquer.

 

La pensée du jour : la baisse du niveau intellectuel fait que la réalité devient médiocre,

mais allez expliquer cela… (Karl Lagerfeld)

 

Repost 0
JPG
27 avril 2013 6 27 /04 /avril /2013 17:17

La loi sur le "Mariage pour tous" n'est pas encore votée, mais les documents administratifs sont déjà modifiés et diffusés.

Sur votre déclaration de revenus 2012, que vous allez recevoir, les informations relatives à l'état civil ont été modifiés :

 ce qui s'appelait "Vous" et  "Conjoint" 

 est devenu  "Déclarant 1" et Déclarant 2" .

 

v'là que l'état anticipe même,......faut le faire quand même.

Pauvre France

Repost 0
27 avril 2013 6 27 /04 /avril /2013 09:52

Laudun Camerone 2013

 

 

 

 

 

Mardi 30 avril 2013

 

 

Légion Etrangère
Repost 0
27 avril 2013 6 27 /04 /avril /2013 09:33

L' essain d' abeilles se colle sous la chaise du bar

 

Gignac
Repost 0
23 avril 2013 2 23 /04 /avril /2013 15:19

LA LETTRE  n° 165 Pont-St-Esprit, le 24 avril 2013

 

Les racketteurs à la manœuvre : ce sont les dirigeants du Conseil général, qui ont décrété que désormais, il faudra payer 10€ pour accéder à pied au Pont du Gard.

Quand on pense qu’il n’y a pas si longtemps encore, en plus d’y accéder sans bourse délier, on pouvait grimper au sommet (interdit depuis), traverser dans la conduite (où jadis circulait l’eau), et monter sur les dalles qui la recouvrent (ce qu’ont fait la plupart des moins jeunes d’entre nous) ; vraiment, il y a de quoi s’inquiéter de la main-mise systématique par les détenteurs du pouvoir (en l’occurrence des Socialistes), sur tout ce qu’il est possible d’exploiter à seule fin lucrative.

 

Le torchon brûle à l’agglo : c’est sur l’affectation budgétaire contestable d’un terrain (celui de la caserne des pompiers de Bagnols), que notre maire est monté au créneau. Aucune gloire à cela, s’il ne l’avait pas fait, l’affaire aurait quand même été dévoilée dans la presse, avec un retentissement certainement plus scandaleux encore.

Cela dit, s’il veut mettre un peu d’ordre, il peut aussi se pencher sur la gestion dispendieuse de la déchetterie, et le contrat de ramassage des ordures par Nicollin (‘’roi des poubelles’’ des collectivités Socialistes de la région), tous sujets déjà développés ici. Mais qui, jusqu’à présent, n’ont pas encore troublé notre vertueux maire. Il est vrai que chaque coup de pied dans la fourmilière révèle les travers d’élus…tous Socialistes ou apparentés, comme lui.

 

Le despote : c’est le qualificatif attribué au maire par ceux qui l’ont rencontré pour négocier les rythmes scolaires. Négocier, étant le terme officiel, pour désigner ce qui n’a été qu’une prise de connaissance des décisions unilatérales du maire qui, au dire des ‘’négociateurs’’, ne sont qu’un copié-collé du discours de Vincent Peillon.

On retrouve là les réactions, déjà évoquées ici, de délégués de quartiers réalisant qu’ils ne servent qu’à prendre acte des décisions du maire, pour les retransmettre…

Phénomène que l’on retrouve au niveau national : quand les Socialistes sont dans l’opposition, il faut les consulter et tenir compte de leur avis ; quand ils sont au pouvoir, ils imposent leur diktat par le biais de ce qu’ils appellent : « faire de la pédagogie ».

 

Echo de campagne : à 11mois des municipales, les choses commencent à se mettre en place. C’est ainsi, par exemple, que le ‘’Front de gauche’’ se structure actuellement au niveau de Pont et des villages voisins, sur des thèmes de politique nationale, bien sûr, mais probablement aussi avec quelque arrière-pensée municipale, ce qui est bien naturel et dans la logique des choses.

Ainsi, se profile l’éventualité qu’au premier tour, Daver et ses amis fassent leur propre liste, pour se différencier de la gauche socialo-bobo ; évaluer leur progression depuis les législatives ; et être en situation plus favorable pour, entre les deux tours, négocier une alliance avec les autres sortants (dont on ne sait pas encore s’ils seront menés par Castillon, Lapeyronie, ou autre).

Reste, qu’avec une liste ‘’Front de gauche’’ au premier tour, les sortants pourraient arriver derrière leurs concurrents de droite... D’autant que Castillon et les siens sont en train de cristalliser sur eux, à la fois, les insatisfaits de leur politique municipale et ceux du gouvernement (pour avoir notamment, aux législatives, aidé le candidat Socialiste à battre le sortant UMP).

Quant au médecin qui a l’intention de faire une liste pour contrer le maire, qui lui a refusé le projet de maison médicale au Champ de Mars, et qui, tout nouveau tout beau, bénéficie d’un préjugé médiatique favorable, il est peu probable qu’il fasse un tabac : on ne va pas aux urnes avec pour seul programme la réalisation d’un projet dans lequel on est personnellement impliqué. D’autant que mis à part Castillon, ce projet sera probablement au programme des autres candidats.

Enfin, on notera la réflexion d’un observateur avisé : « les Spiripontains sont partagés entre ceux qui n’ont jamais eu à traiter avec la mairie (pour raison personnelle, professionnelle, associative ou autre), et croient que Castillon c’est mieux que Baumet ; et ceux qui ont eu affaire, et pensent que Castillon et les siens ont déjà compromis leur réélection…».

 

La pensée du jour : un gouvernement nouveau a besoin d’éblouir et d’étonner ; dès qu’il ne jette

plus d’éclat, il tombe. (Fauvelet de Bourrienne)

 

 

Repost 0
19 avril 2013 5 19 /04 /avril /2013 07:39

Inquiétudes sur le projet  d'Opération grand site

Ils sont inquiets. Les membres de l’association des habitants, commerçants propriétaires, ayants-droit et usagers du Pont d’Arc craignent pour leurs activités et leurs habitudes. Le projet de requalification du site du Pont d’Arc a subi un coup d’accélérateur en ce début d’année. L’objectif de la démarche est d’améliorer la gestion du site, son accès, sa réhabilitation, le tout dans une dynamique territoriale liée au projet Chauvet et au label Unesco. Pour autant, les doutes ne sont pas dissipés chez certains. Et quelques interrogations demeurent. « Une note de très mauvaises intentions »

 

VALLON PONT D'ARC
Repost 0
18 avril 2013 4 18 /04 /avril /2013 13:15

Deuxième grand concours de chanson française ce samedi

Les membres du jury sont tous des professionnels de la musique.

Les membres du jury sont tous des professionnels de la musique. (© D.R)

 

Musique l Les lauréats enregistreront un CD à Milhau. C'est ce samedi 20 avril que se déroule le deuxième grand concours de chanson française à Pont. Cette manifestation aura lieu salle des fêtes, caserne Pépin. Ce concours est organisé par l'association spiripontaine Pro-Phils en partenariat avec la mairie. C'est à l'initiative de Gaëlle Lemoine et de Philippe Elissalde que les chanteurs pourront faire découvrir leur voix aux spectateurs. Deux groupes de chanteurs seront répartis en deux catégories. La première avec les 10 à 16 ans, et la seconde avec les 17 ans et plus. Les trois premiers de chaque groupe, enfants et adultes se verront récompensés. Pour le lauréat adulte, il aura droit à un enregistrement en studio à Milhau, pour un CD 3 titres. Le gagnant chez les jeunes, ira lui aussi à Milhau pour un CD 2 titres. Comme le rappelle Philippe Elissalde, le maître de cérémonie pour cette compétition, "les chanteurs qui participent à ce concours se présentent avec leur support musical, sans paroles." Ce concours se déroule donc en deux actes, la présélection et la finale. Le premier acte, qui a lieu de 9 h à 16 h, verra les chanteurs se présenter devant un jury composé de quatre juges professionnels. Une fois le premier obstacle passé avec succès, les chansonniers, le soir de la finale, auront droit cette fois-ci à cinq juges qui œuvreront afin de délibérer en âme et conscience, à partir de 20 h 30. Le groupe de juges se compose de Gaëlle Lemoine - chanteuse et musicienne -, de Michelle Bluzet - chanteuse animatrice -, de Nathalie Bluzet - meneuse de la revue Pacific -, de Floriane Truc - musicienne et auteur-compositeur - et de Benoît Girard - batteur. Le public l'aura compris : les compétiteurs devront réaliser un parcours sans faute pour prétendre au graal ! Lors de la première édition, une trentaine de chanteurs avait participé à cette journée. Une seule voix masculine avait retenti dans la nuit Spiripontaine. Il s'agissait du très connu Jacques Llopis. Plus de 250 spectateurs avaient suivi avec attention cette finale. Et Philippe Elissalde de conclure : "Ce grand concours de chanson française peut exister grâce aux soutiens et aux partenariats de quelques commerçants spiripontains." Renseignements et inscriptions par téléphone au 06 40 78 74 80 ou au 04 66 82 19 70.

Repost 0

Présentation

  • : Le blog de J¨PGarcia
  • Le blog de J¨PGarcia
  • : Ce blog est fait uniquement pour faire passer des informations sur la ville le département la région et nationale
  • Contact

Recherche

Liens