Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
21 mars 2014 5 21 /03 /mars /2014 11:05

Petits Clafoutis au jambon de Parme et PISTOU

 

La Recette du vendredi de Payréac

Préparation : 10 mn

  • Cuisson : 20 mn
  • Repos : 0 mn
  • Temps total : 30 mn
  • Très facile

Ingrédients

- 6 oeufs

- 25 cl de crème liquide

- 25 cl de lait

-3 cuillères à soupe rase de Maïzena

- 6 tranches de jambon de parme ou fines tranches de Bayonne.

- 8 à 10 feuilles de pistou ( basilic)

- 2 C. à soupe bombées de tomates concassées, ou confites, ou à la rigueur de bon concentré. ( pas nécessaire mais améliore grandement le goût)

- selon goût Tabasco ou Piment d'Espelette en poudre-( pas indispensable)

Préparation

1- Découper le jambon de Parme en lanières, ciseler finement le basilic, réserver.

2-Fouetter les œufs avec la Maïzena et poivrer,( selon le goût quelques gouttes de Tabasco pour celles et ceux qui aiment la saveur piquante ou encore mieux une grosse pincée de poudre de piment d’Espelette)

3-Ajouter la crème liquide, le lait et fouetter énergiquement

4- Incorporer le jambon et le basilic découpés à la préparation aux œufs. Ne pas saler la préparation le jambon étant déjà salé.
5-Versez cette préparation dans six ramequins et les placer au four. Cuire pendant 20 minutes à 180°C (thermostat 6). Le dessus doit être doré.

Pinards :

- sans hésiter : Cave de Fronton - Fronton Inès ( meilleur rosé du monde en 2007)

- Rosé Costières du Gard – Tavel –

- Rosé de Bandol

- Rosé de Corse (du vrai)

La Recette du vendredi de Payréac

Et Allez voter Papyréac

Repost 0
21 mars 2014 5 21 /03 /mars /2014 09:28

Encore une mesure pour racketter les automobilistes

 

 

Merci Monsieur Valls
Merci Monsieur Valls

Alors si vous êtes satisfaits votez bien dés dimanche et continuez en juin.

Repost 0
21 mars 2014 5 21 /03 /mars /2014 09:18

Il prend vraiment les Français pour des imbéciles ( je reste poli ) comme tous les gouvernements depuis 1981

 

La République c'est le choix du Peuple Monsieur
La République c'est le choix du Peuple Monsieur

CELA  S' APPELLE DE LA DICTATURE

Repost 0
21 mars 2014 5 21 /03 /mars /2014 09:03
MUNICIPALES J - 2
Repost 0
20 mars 2014 4 20 /03 /mars /2014 19:44
INFO LE BLOG DE SJDP
INFO LE BLOG DE SJDP
Repost 0
20 mars 2014 4 20 /03 /mars /2014 10:24
Pont Infos
Repost 0
20 mars 2014 4 20 /03 /mars /2014 09:00
Municipales Jour J- 3
Municipales Jour J- 3
Municipales Jour J- 3
Municipales Jour J- 3

Saint-Julien-de-Peyrolas

 

Municipales Jour J- 3
Repost 0
18 mars 2014 2 18 /03 /mars /2014 15:18
Repost 0
18 mars 2014 2 18 /03 /mars /2014 10:49

Je tiens à apporter une réponse simple et rapide à Monsieur Lacroix fondateur de RCS lors de sa prise de parole sur le blog de cette association très proche de la Municipalité en place.

Mon blog n'est pas le blog de Mr Baumet ( il n'y a qu'à parcourir les pages pour s'en apercevoir) les articles concernant tous les candidats sont présentés et les commentaires étaient libres jusqu'à présent.

Et pour finir comment Mr Lacroix peut-il porter un tel jugement sur Madame Gondard , tout simplement par ce qu'elle donne son avis en réponse à une question qui lui a été posée. Monsieur Lacroix vous n'êtes pas crédible cette fois.

Ci-dessous l'écrit de Mr Lacroix sur RCS du 16 03

(J’omets volontairement Mme Gondard de cette liste, non pour son appartenance au Front National, parti tout aussi légal que ceux représentés dans la majorité municipale actuelle, mais pour ses écrits dans le blog baumetiste de JP Garcia. )

Repost 0
18 mars 2014 2 18 /03 /mars /2014 08:39

La décize ou descente du Rhône est rapide malgré les courants violents et les écueils. La « remonte » lente et pénible exige, par contre, un moyen de traction et encourage, à chaque époque, les techniques les plus nouvelles. Le transport de marchandises lourdes et encombrantes ne peut se faire que par voie d’eau jusqu’à l’aménagement des routes et la création des voies de chemins de fer.

Le halage

Ce fut la seule technique de transport des marchandises par le fleuve à la « remonte » de l’époque romaine jusqu’au développement de la vapeur. Jusqu’en 1475, des humains souvent spécialistes du fleuve pratiquent le halage au col ceignant une large bretelle de chanvre en travers de leur corps et tirant ainsi le cordage principal. Petit à petit des animaux principalement des bœufs, remplacent partiellement ou totalement les humains et vers 1550, ce type de halage disparaît totalement, les convois devenant de plus en plus importants à remonter.

Techniques de navigation sur le Rhône dans le Temps

La remontée exige de très gros attelages de chevaux. En effet les trains de bateaux sont tirés par des équipages d’énormes chevaux attelés deux par deux. Chaque équipage peut compter jusqu’à 60 chevaux. L’itinéraire du halage n’est pas fixe, il peut varier à chaque voyage principalement en fonction des gravières et des bancs de sable plus ou moins recouverts d’eau. Il est parfois nécessaire de traverser d’une rive à l’autre, en transportant les animaux sur des barques. Cette opération entraine une augmentation du coût final du voyage en raison du retard occasionné.

La vapeur

Grâce à ce nouveau procédé, on pense dompter le Rhône, mais en vain. Le marquis Claude de Jouffroy d’Abbans, ingénieur et architecte naval invente le Pyroscaphe ou « bateau de feu », premier bateau à vapeur en bois. Les essais ont lieu le 15 juillet 1783 remontant la Saône entre la Cathédrale Saint-Jean et l’Ile Barbe. Ils durent quinze minutes environ. Par manque de moyens financiers, ce type de bateau est abandonné. Dès le premier tiers du 19ème siècle, les bateaux à vapeur commencent à se substituer sur le Rhône, aux trains d’embarcation que des chevaux remorquent à la remonte, portant un coup fatal aux diligences à eau. Le nombre de chevaux parcourant les chemins de halage du Bas-Rhône passe de 6000 en 1830, à 840 en 1843, et à 120 dix ans plus tard.

Techniques de navigation sur le Rhône dans le Temps

Mais ces débuts ne sont pas sans risque. En effet les bateaux ayant une coque en bois semblent trop fragiles pour supporter les machines à vapeur. Il faut attendre 1833 et les premiers bateaux avec une coque en fer, construits par deux Lyonnais, les frères Bonnardel, pour transporter des chargements plus lourds. La période de 1840 à 1850 marque l’apogée de la navigation à vapeur avec l’apparition de bateaux munis de machines françaises issues du Creusot (Saône et Loire). Les navires dont les roues de moulin tournent par la force de la vapeur, suscitent un rapide engouement parmi les voyageurs et les affréteurs. Pour la première fois, un bateau à vapeur « Le Pionnier » fait entre le 7 et le 11 juillet 1829, un aller-retour complet Lyon-Arles-Lyon. La descente s’effectue en 14h25 mn mais la remontée en 88 heures. Ce premier succès inaugure un service de voyages au départ de Lyon deux fois par semaine. Dès 1830, la Compagnie des Bateaux à vapeur pour la Navigation du Rhône profite de cet enthousiasme et bon nombre de passagers embarquent sur des bateaux à vapeur tel que les Aigles (1838), les Sirius (1839), et les Papins (1846), pouvant ainsi relier Lyon à Valence en 2h30. Pour la remontée, 10 heures sont néanmoins nécessaires. Les nombreuses compagnies de navigation se livrent alors à une véritable concurrence entre elles afin d’attirer la toute nouvelle clientèle des voyages fluviaux.

La seconde moitié du 19ème siècle voit l’apogée des transports fluviaux, non encore concurrencés par le rail, la route. Mais la vapeur ne tarde pas à permettre le développement du rail et le 16 avril 1855 est mis en service le tronçon ferroviaire de Valence à Lyon. Plus tard le mode de transport par route, puis par autoroute, accapare toute l’attention des politiques et les voies navigables sont alors négligées.

Les pousseurs apparaissent à partir des années 1960. Ces bateaux construits en acier sont propulsés par une hélice entraînée par un moteur diesel poussant et manœuvrant un train de barges, dépourvues de pilotes et de moteurs. Ils sont amarrés à l’arrière du convoi par des câbles en acier, serrés par des treuils de forte puissance et se comportent comme une unité complète dont la longueur avoisine, sur les voies navigables à grand gabarit, les 180 mètres de long. Les convois pouvant être constitués jusqu’à dix barges, transportent d’énormes tonnages de tout type de marchandises : graviers, céréales, hydrocarbures. Les cargos fluvio-maritimes adaptés aussi bien à la navigation sur les grands cours d’eau que sur la mer remontent le Rhône jusqu’au port Lyon Edouard Herriot. Ce procédé de transport permet de désengorger le trafic routier, réalisant par ailleurs une économie importante de personnel.

Et oui déjà on commençait à parler de réduction de personnel.

Repost 0

Présentation

  • : Le blog de J¨PGarcia
  • Le blog de J¨PGarcia
  • : Ce blog est fait uniquement pour faire passer des informations sur la ville le département la région et nationale
  • Contact

Recherche

Liens