Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
11 novembre 2014 2 11 /11 /novembre /2014 10:41

Le p’tit coq nain de TULLE est venu jeudi soir

Nous dire qu’il était NUL, qu'on s'était fait avoir .

Que si le blé manquait, c'était pas de sa faute

Que tout son poulailler dansait d'une patte sur l’autre

Grattait de ci de là, pondait des coquilles vides

Plaçait tous leurs copains inutiles et avides

De ne jamais rien faire, à part un peu de lard

Que si l’on voulait bien, il n'était pas trop tard

Pour mettre notre pays au niveau de la GRECE

Et que de toute façon nous l'aurions dans… les fesses.

Le p’tit coq nain de TULLE est venu jeudi soir

Les plumes en bataille, toujours reteintes en noir

Nous dire: bande d'imbéciles, ne perdez pas espoir

Jai coulé la CORREZE, je n'en tire nulle gloire

Patientez, patientez car je suis-là maintenant

Pour couler la FRANCE aux bons emplacements

J'ai pas beaucoup à faire, on m'aide constamment

Les quarante inutiles s'appliquent à tous moments

Et pendant ce temps-là, je m'occupe des poules

Qui tournent autour de moi, vraiment, il y a foule !

Le p'tit coq nain de TULLE est venu jeudi soir

Dressé sur ses ergots du haut de son perchoir

Fustigeant les rapaces, ses vils prédécesseur

s L'empêchant lui et ses copains de faire leur beurre !

Le jabot de travers toujours évidemment

Il aurait bien voulu se faire croire compétent

Bien d'accord sur ce mot, en le coupant en deux

Sachant depuis longtemps qu'il nous restait les yeux

Pour pleurer sur la FRANCE, vidée, exsangue et nue

Par tous ces incapables, vivants comme des sangsues

Le p'tit coq nain de TULLE est venu jeudi soir

Il peut lisser ses plumes, vous vous êtes faits avoir

Si l'important pour lui, ce n'est pas le chômage

Il a bien trop à faire pour bouffer le fromage

En s'occupant des gay, des drogués, et puis des émigrés

Il faut bien sûr maintenant taxer les retraités

Ceux qui ont voté pour lui, c'est bien pour leur malheur

Il en a rien à foutre de tous les électeurs

Maintenant qu'il a la place, il y met tout son coeur

Pour vivre sur notre dos, comme toujours en douceur

Le p'tit coq nain de TULLE est venu jeudi soir

Il dit qu'il nous enfume, qu’on est de bonnes poires

Qu'ils allaient nous presser comme de vulgaires citrons

C’est bien fait pour notre gueule puisqu'on est assez con

Pour croire toutes les promesses qu’il ne veut plus tenir

Il n'y avait pas de crise, il l’a pas vu venir…

Le p'tit coq nain de TULLE est un triste vautour

Il s'est bien déguisé sous de jolis atours.

Il voudrait nous faire croire qu’il était SOCIALISTE

Quand lui et ses copains sont tous CAPITALISTES

Alors, n'attendez rien de ces tristes fumistes

Que des IMPOTS nouveaux ajoutés à la liste

Un conseil pourtant : gardez quelques écus

Achetez de la vaseline et planquez votre cul !

Repost 0
8 novembre 2014 6 08 /11 /novembre /2014 10:48

Pont Saint Esprit: avenue Gaston Doumergue ( ou de la gare)

Dans la continuité l'immeuble ou des années plus tard se trouvait la clinique Lyautey jusqu'en 1964.

Voir les commentaires

Repost 0
8 novembre 2014 6 08 /11 /novembre /2014 07:09

Voici une citation de Colbert et Mazarin qui n'a pas pris une seule ride

Colbert :

« Pour trouver de l'argent, il arrive un moment ou tripoter ne suffit plus. J’aimerais que Monsieur le Surintendant m'explique comment on s'y prend pour dépenser encore quand on est déjà endetté jusqu'au cou… »

Mazarin :

« Quand on est un simple mortel, bien sûr, et qu'on est couvert de dettes, on va en prison. Mais l'État, lui, c'est différent. On ne peut pas jeter l'État en prison. Alors, il continue, il creuse la dette ! Tous les États font ça. »

Colbert :

« Ah oui ? Vous croyez ? Cependant, il nous faut de l'argent. Et comment en trouver quand on a déjà créé tous les impôts imaginables ? » Mazarin : « On en crée d'autres. » Colbert : « Nous ne pouvons pas taxer les pauvres plus qu'ils ne le sont déjà. »

Mazarin : « Oui, c’est vrai, c'est impossible ! »

Colbert :

« Alors, les riches ? »

Mazarin :

« Les riches, non plus. Ils ne dépenseraient plus. Un riche qui dépense fait vivre des centaines de pauvres ! »

Colbert :

« Mais alors, comment fait-on ? »

Mazarin :

« Colbert, tu raisonnes comme un fromage(ou comme un pot de chambre sous le derrière d'un malade) ! Il y a quantité de gens qui sont entre les deux, ni pauvres, ni riches…

Des Français qui travaillent, rêvant d'être riches et redoutant d'être pauvres ! C'est ceux-là que nous devons taxer, encore plus, toujours plus !Ceux-là… plus tu leur prends, plus ils travaillent pour compenser; c'est un réservoir inépuisable. »

Extrait du "Diable Rouge" …et c'était il y a 4 siècles !

Une leçon publique vieille de 400 ans...et toujours en vigueur
Repost 0
7 novembre 2014 5 07 /11 /novembre /2014 05:33

DEDICACE

ALAIN HUGON  "50 ANS DE SPORT A PONT SAINT ESPRIT"
Repost 0
5 novembre 2014 3 05 /11 /novembre /2014 19:09
La poste autrefois
Repost 0
5 novembre 2014 3 05 /11 /novembre /2014 18:36

Photos prises sur le blog sjdp avec son amicale autorisation

Le Rhône en crue

Mercredi 5 novembre Pont Saint Esprit
Mercredi 5 novembre Pont Saint Esprit
Mercredi 5 novembre Pont Saint Esprit
Repost 0
1 novembre 2014 6 01 /11 /novembre /2014 09:57

Sur un texte de Pierre Delanoë " la fin du chemin "

Michel Delpech (clip officiel)

http://www.youtube.com/watch?v=akSnSGkb10Q

Voir les commentaires

Repost 0
31 octobre 2014 5 31 /10 /octobre /2014 05:32
Saint Julien de Peyrolas
Repost 0
28 octobre 2014 2 28 /10 /octobre /2014 05:27
Histoire de Pont Saint en carte postale

Place Georges Ville

 Agronome, chimiste et pharmacien français né à Pont-Saint-Esprit le 23 mars 1824 et décédé à Paris le 22 février 1897.

 

 

Histoire de Pont Saint en carte postale
Repost 0
27 octobre 2014 1 27 /10 /octobre /2014 05:31

Un petit rappel d'histoire très intéressant, car jamais étudié à l'école dans sa continuité et sa totalité.

C'est pourtant notre histoire !

Les musulmans sont entrés pour la première fois en 714 dans ce qui était la France de l'époque.
Ils se sont emparés de Narbonne, qui est devenue leur base pour les 40 années suivantes et ont pratiqué des razzias méthodiques.
Ils ont ravagé le Languedoc de 714 à 725, détruit Nîmes en 725 et ravagé la rive droite du Rhône jusqu'à Sens.
En 721, une armée musulmane de 100.000 soldats mit le siège devant Toulouse, défendue par Eudes, le duc d'Aquitaine.
Charles Martel envoya des troupes pour aider Eudes.
Après six mois de siège, ce dernier fit une sortie et écrasa l'armée musulmane,
qui se replia en désordre sur l'Espagne et perdit 80.000 soldats dans la campagne.

On parle peu de cette bataille de Toulouse parce qu'Eudes était mérovingien.
Les Capétiens étaient en train de devenir rois de France et n'avaient pas envie de reconnaître une victoire mérovingienne.
Les musulmans ont conclu alors qu'il était dangereux d'attaquer la France en contournant les Pyrénées par l'est,
et ils ont mené leurs nouvelles attaques en passant à l'ouest des Pyrénées.
15.000 cavaliers musulmans ont pris et détruit Bordeaux, puis les Pays de la Loire, et mis le siège devant Poitiers,
pour être finalement arrêtés par Charles Martel et Eudes à vingt kilomètres au nord de Poitiers, en 732.

Les musulmans survivants se sont dispersés en petites bandes et ont continué à ravager l'Aquitaine.
De nouveaux soldats les rejoignaient de temps en temps pour participer aux pillages.
(Ces bandes n'ont finalement été éliminées qu'en 808, par Charlemagne)
Les ravages à l'est ont continué jusqu'à ce qu'en 737 Charles Martel descende, au sud, avec une armée puissante,
et reprenne successivement Avignon, Nîmes, Maguelone, Agde, Béziers et mette le siège devant Narbonne..
Cependant, une attaque des Saxons sur le nord de la France obligea Charles Martel à quitter la région.
En 759 enfin, Pépin le Bref reprit Narbonne et écrasa définitivement les envahisseurs musulmans.
Ces derniers se dispersèrent en petites bandes, comme à l'ouest, et continuèrent à ravager le pays,
notamment en déportant les hommes pour en faire des esclaves castrés,
et les femmes pour les introduire dans les harems d'Afrique du Nord, où elles étaient utilisées pour engendrer des musulmans.
La place forte des bandes se situait à Fraxinetum, l'actuelle Garde-Freinet (le massif des maures).

Une zone d'environ 10.000 kilomètres carrés, dans les Maures, fut totalement dépeuplée.

En 972, les bandes musulmanes capturèrent Mayeul, Abbé de Cluny, sur la route du Mont Genèvre.
Le retentissement fut immense.
Guillaume II, comte de Provence, passa 9 ans à faire une sorte de campagne électorale pour motiver tous les Provençaux,
puis, à partir de983, chassa méthodiquement toutes les bandes musulmanes, petites ou grandes.
En 990, les dernières furent détruites. Elles avaient ravagé la France pendant deux siècles……
La pression musulmane ne cessa pas pour autant.
Elle s'exerça pendant les 250 années suivantes par des razzias effectuées à partir de la mer.
Les hommes capturés étaient emmenés dans des camps de castration en Corse,
puis déportés dans les bagnes du Dâr al islam, et les femmes d'âge nubile dans les harems.
Les repaires des pirates musulmans se trouvaient en Corse, Sardaigne, Sicile, sur les côtes d'Espagne et celles de l'Afrique du Nord.

Repost 0

Présentation

  • : Le blog de J¨PGarcia
  • Le blog de J¨PGarcia
  • : Ce blog est fait uniquement pour faire passer des informations sur la ville le département la région et nationale
  • Contact

Recherche

Liens