Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
15 mars 2015 7 15 /03 /mars /2015 20:26
Repost 0
15 mars 2015 7 15 /03 /mars /2015 18:19

Les Spiripontains invaincus à domicile terminent 1er ex aequo avec Uchaud de leur poule

RUGBY
Repost 0
15 mars 2015 7 15 /03 /mars /2015 18:01

Par J.-C. Brunetti Lettre ouverte au Président de la République

Jean-Claude Brunetti 2 place du cardinal Garrone 73000 Chambéry

18 février 2015

Monsieur le Président de la République Considérez-vous que les chrétiens de France soient des membres à part entière de la République ?

Je ne vous écris pas dans un esprit de revendication, ma lettre est simplement l'expression d'une déception et d'une peine sincère, celle de me sentir en tant que membre d'une institution et en tant que personne particulière, non reconnu et pratiquement méprisé par les responsables de mon pays.

Ces derniers temps vous avez souvent parlé de "nos compatriotes musulmans", des "juifs de France", pour lesquels vous avez multiplié les gestes de solidarité et vous avez eu entièrement raison, compte-tenu des événements tragiques des 7 au 9 janvier. Deux personnes qui se reconnaissaient dans le christianisme ont perdu la vie dans ces événements. On a peu parlé d'elles, rien d'anormal à cela, car elles n'ont pas été tuées en raison de leur religion, elles assuraient simplement la sécurité des autres… Mais, lorsque 21 coptes d'Egypte sont assassinés en Libye, assassinat clairement défini comme une menace adressée "au peuple de la Croix, fidèle à l'Eglise égyptienne ennemie" et que l'Elysée parle à deux reprises de "l'assassinat sauvage de 21 ressortissants égyptiens"… cela me blesse profondément. A Paris et à Copenhague on tue des Français ou des Danois parce qu'ils sont Juifs, mais en Libye on tue des Egyptiens… Ce parti-pris d'ignorance est vraiment le signe d'un mépris pour les chrétiens, c'est du moins comme cela que je le ressens, monsieur le Président. Car il y a plein d'autres choses qui me blessent :

Quand, par exemple, vous dites que "l'islamoterrorisme", comme l'appelle votre Premier ministre, est d'abord dirigé contre les musulmans modérés, c'est vrai que des musulmans sont victimes de DAECH, mais le "d'abord" est sans doute un peu fort, il ne faut pas oublier que, de par le monde, le christianisme est la religion la plus persécutée (très souvent par les tenants d'un islam sinon terroriste, du moins fondamentaliste), comme le souligne l'étude documentée récemment parue aux éditions XO, intitulée "Le livre noir de la condition des chrétiens dans le monde." Je rappelle, à ce sujet, que la France avait "généreusement" promis d'accueillir 500 chrétiens de Syrie, choisis dans la marée des réfugiés. Il me semble que nous ayons des difficultés à remplir le contrat, dites-moi si je me trompe… Il est souvent question des dégradations de mosquées ou de synagogues, ce qui est déplorable, bien évidemment, mais le fait que l'évêque de l'Ain ait été amené à prendre la décision de laisser les tabernacles dans toutes les églises de son diocèse, vides et portes ouvertes pour dissuader les auteurs de profanations de ciboires et d'hosties, ne mérite pas qu'on en parle… Je comprends très bien que l'institution Eglise ne vous attire pas spécialement, elle n'a pas toujours eu une histoire glorieuse, Mais c'est le propre de toute institution, en connaissez-vous une de parfaite ? La République elle-même n'a-t-elle pas quelques cadavres dans ses placards ? Est-ce une raison pour ne pas l'aimer, pour ne pas souhaiter qu'elle s'améliore ? Il y a aussi le fait que récemment certains chrétiens aient pu prendre des positions qui vous agacent…Que des citoyens ne pensent pas comme vous, c'est la gloire de la République et de la liberté d'expression dont vous êtes un ardent défenseur. Seulement à ce sujet, il y a, me semble-t-il, deux libertés, celle des membres de l'intelligentsia reconnue qui peuvent se moquer de tout, c'est-à-dire ne rien respecter, et ceux qui, au nom du respect, justement, mettent un frein à leur expression. C'est-à-dire qu'il y a les "Charlie" et les autres, ceux que Charlie appelle des "cons" (je vous prie d'excuser cette licence de langage qui n'en est hélas plus une). J'ai dans les premiers jours qui ont suivi les terribles événements de début janvier défilé avec tous les autres (enfin, beaucoup !) pour manifester le refus de la barbarie par toute la nation (dont je suis membre !) mais, pour autant, la philosophie de Charlie, bien sympathique à beaucoup d'égard, me paraît trop hexagonale et pour être précis, bien trop "bobo parisien", pour être la mienne ! Je ne publierai pas des caricatures pour le plaisir de proclamer que je suis libre, en ne prenant pas en compte que, dans d'autres pays, (et c'était prévisible, puisque ça avait déjà eu lieu) d'autres payeraient de leur vie ma liberté. Il est vrai que ce n'étaient que des chrétiens nigériens… enfin, des "ressortissants nigériens" comme ont dû dire vos services… et puis quelques églises qui ont brûlé, rien à voir, circulez.

Ma lettre est sans doute plus marquée d'amertume que je ne l'aurais voulu en commençant, et peut-être, bien que je m'en défende, ma vision est-elle un peu déformée.

J'espère cependant ne pas avoir été injuste envers vous. J'ai simplement voulu vous dire, en tant que citoyen d'un pays que j'aime au moins autant que vous, combien votre humanisme rétréci et votre laïcité à géométrie variable me déçoivent. Je vous conserve le respect dû à vos fonctions, cette lettre en est d'ailleurs un signe. Je vous souhaite la meilleure fin de mandat possible.

Repost 0
15 mars 2015 7 15 /03 /mars /2015 10:39
Qu'on aime ou pas c'est une évidence:

Sans doute  Valls ne sait-il pas que ce ne sont pas des électeurs du FN qui ont assassiné les dessinateurs de Charlie Hebdo, mais des musulmans. 

Sans doute  Valls ne sait-il pas que Coulibaly, Kouachi, Merah, Nemmouche, Fofana, Kelkal est les 25.000 organisateurs d’attentats mortels, depuis le 11 septembre, ne sont pas des électeurs du FN, mais des musulmans. 

Sans doute  Valls, ancien ministre de l’Intérieur, ne sait-il pas que les principaux agresseurs de policiers, quand ils osent faire respecter les lois de la République (interdiction du voile intégral dans la rue) ne sont pas des électeurs du FN, mais des musulmans.

 

 

Repost 0
9 mars 2015 1 09 /03 /mars /2015 16:25

Le Premier ministre déclare qu’il revendique la stigmatisation de Marine Le Pen.

Mais au lieu de fuir les débats, faites des propositions, débattez au lieu de ne rien faire pour les ouvriers, contre le chômage, le pouvoir d'achat qui ne cesse de baisser......

C'est vous et tous les gouvernements successifs depuis plus 30 ans qui êtes responsable de la dégradation de la France, tous ce que vous savez faire c'est taxer les gens qui se lèvent le matin pour aller travailler.

C'est vrai que notre premier Ministre préfère les grands patrons.

RÉACTIONS:

Surprise à droite et chez les Verts Le président de Debout la France, Nicolas Dupont-Aignan, a jugé «extravagantes» les déclarations de Manuel Valls et l’a accusé de «surjouer» le danger FN.

L’ex-ministre UMP Rachida Dati s’est dite «très choquée» par ces propos qui risquent de «faire monter» la formation d’extrême droite.

François Bayrou (MoDem) parle de «vocabulaire inadapté », tandis qu’Emmanuelle Cosse (EELV) juge qu’on ne répond pas au FN «par l’angoisse» mais plutôt par la «bataille politique ».

ÉDITORIAL par PHILIPPE PALAT

Tremplin Manuels Valls aime jouer avec les mots. Et beaucoup avec le feu. Après ses sorties sur l’apartheid social et l’islamo-fascisme, voilà qu’il enflamme le débat en clamant sa peur de voir le Front national remporter la présidentielle de 2017. Vraie peur panique de voir une France “s’extrêmiser” ou peur du ridicule en cas de débâcle lors du scrutin des départementales ? Sans doute les deux tant le Premier ministre, farouche combattant de Marine Le Pen, sait d’ores et déjà que la prochaine échéance électorale lui réserve un triple camouflet: une Berezina pour une gauche démobilisée, la perte brutale de bastions socialistes et la confirmation de la prégnance frontiste dans un pays en proie au doute. À croire que le chef du gouvernement, tout comme le chef de l’UMP qui fustige le FNPS, n’a pas d’autre solution que la diabolisation pour se faire entendre de l’électorat. Sauf qu’à pousser des incantations et à crier au loup, on ne règle rien. Au contraire. En plaçant au centre de leurs préoccupations le risque nationaliste, ils confèrent au FN une position plus puissante que celle du simple spectateur de l’alternance. Pire : droite et gauche confondues galvanisent sa dynamique. Le clan Le Pen ne pouvait rêver de meilleur tremplin. Pour un grand saut... dans le vide?

Repost 0
8 mars 2015 7 08 /03 /mars /2015 06:22
Repost 0
7 mars 2015 6 07 /03 /mars /2015 20:36

Les Sosies d' Elton John et Bob Marley de passage à Pont Saint Esprit dans une soirée privée

Page People

Les sosies à la pause, Bob toujours avec son fameux  pétard

Page People

Le sosie d' Elton et celui de Kikies Essoutr chanteuse des années  soisante dix (un peu fatiguée)

Page People
Repost 0
6 mars 2015 5 06 /03 /mars /2015 14:24

Détecteur de fumée (D.A.F) date d'installation repoussée au 1er janvier 2016

Voir les commentaires

Repost 0
6 mars 2015 5 06 /03 /mars /2015 07:21

On appelle « carême » la période de quarante jours (quadragesima) réservée à la préparation de Pâques, et marquée par l’ultime préparation des catéchumènes qui doivent recevoir le baptême le jour de Pâques.

DEPUIS QUAND VIT-ON LE CARÊME ?

Depuis le IVème siècle, on commence à le constituer comme temps de pénitence et de renouvellement pour toute l’Eglise, avec la pratique du jeûne et de l’abstinence. Conservée avec vigueur dans les églises d’Orient, la pratique pénitentielle du Carême s’est assouplie en Occident, mais on continue à y observer un esprit de pénitence et de conversion.

POURQUOI LE CARÊME DANS L’EGLISE CATHOLIQUE ?

« L’Eglise s’unit chaque année par les quarante jours du Grand Carême au mystère de Jésus dans le désert » (Catéchisme de l’Eglise catholique, n° 540)

QUEL EST DONC L’ESPRIT DU CARÊME ?

C’est comme une retraite collective de quarante jours pendant lesquels l’Eglise propose à ses fidèles l’exemple du Christ pendant sa période au désert, se prépare à la célébration des solennités pascales, dans la purification du cœur, la pratique parfaite de la vie chrétienne et une attitude de pénitence.

QU’EST-CE QUE LA PENITENCE ?

La pénitence, traduction latine du mot grec metanoia qui signifie « conversion » (littéralement « changement d’esprit ») du pécheur, désigne tout un ensemble d’actes intérieurs et extérieurs en vue de la réparation du péché commis, et l’état de fait qui en résulte pour le pécheur. Littéralement « changement de vie » se dit de l’acte du pécheur qui revient vers Dieu après s’être éloigné de lui, ou de l’incroyant qui reçoit la foi...

QUELLES SONT LES MANIFESTATIONS DE LA PENITENCE ?

La pénitence intérieure du chrétien peut avoir des expressions très variées. « L’Ecriture et les Pères insistent surtout sur trois formes : le jeûne, la prière et l’aumône, qui expriment la conversion par rapport à soi-même, par rapport à Dieu et par rapport aux autres. A côté de la purification radicale opérée par le Baptême ou par le martyr, ils citent comme moyen d’obtenir le pardon des péchés, les efforts accomplis pour se réconcilier avec son prochain, les larmes de pénitence, le souci du salut du prochain, l’intercession des saints et la pratique de la charité « qui couvre une multitude de péchés » (1 P 4,8) (Catéchisme de l’Eglise catholique, n° 1434)

SOMMES-NOUS OBLIGES A FAIRE PENITENCE ?

« Tous les fidèles, chacun à sa manière, sont obligés par la loi divine à faire pénitence ; cependant, afin que tous s’unissent à une pratique commune de pénitence, on a fixé certains jours pénitentiels pendant lesquels les fidèles se dédient de manière particulière à la prière, réalisent des œuvres de piété et de charité, et s’oublient soi-même en accomplissant ses propres obligation avec la plus grande fidélité et, surtout, en observant le jeûne et l’abstinence. » (Code de droit canononique, 1249)

QUELS SONT LES JOURS ET LES TEMPS PENITENTIELS ?

« Dans l’Eglise universelle, tous les vendredis de l’année et le temps de carême sont des jours et des temps de pénitence. » (Code de droit canonique, 1250)

QUE DOIT-ON FAIRE PENDANT LES VENDREDIS DE L’ANNEE ?

En souvenir du jour de la mort de Jésus-Christ sur la sainte Croix, « pendant tous les vendredis, à moins qu’ils ne coïncident avec une solennité, on doit observer l’abstinence de viande, ou de tout autre aliment déterminé par la Conférence épiscopale ; on gardera jeûne et abstinence le mercredi des Cendres et le Vendredi Saint. » (Code de droit canonique, 1251)

QUAND EST LE CARÊME ?

Le Carême commence le Mercredi des Cendres et termine immédiatement avant la Messe de la Cène du Seigneur (Jeudi Saint). Toute cette période forme une unité dans laquelle se détachent certains éléments : 1) Le Mercredi des Cendres, 2) Les Dimanches selon des groupements suivants, I-II ; III, IV, V ; et le Dimanche des Rameaux, 3) La Messe chrismale et 4) Les féries. QU’EST-CE QUE LE MERCREDI DES CENDRES ?

C’est le début du Carême ; un jour particulièrement pénitentiel, dans lequel on manifeste notre désir personnel de CONVERSION à Dieu. En recevant l’imposition des Cendres dans les églises, on exprime avec humilité et sincérité de cœur que nous voulons nous convertir et croire vraiment à l’Evangile.

QUAND A LIEU L’ORIGINE DE LA PRATIQUE DES CENDRES ?

L’origine de l’imposition des cendres appartient à la structure de la pénitence canonique. Elle commence à être obligatoire pour toute la communauté chrétienne à partir du Xème siècle. La liturgie actuelle conserve les éléments traditionnels : imposition des cendres et jeûne rigoureux.

QUAND SE FONT LA BENEDICTION ET IMPOSITION DES CENDRES ?

La bénédiction et imposition des cendres se fait pendant la Messe, après l’homélie ; en des circonstances particulières, on peut les faire pendant un célébration de la Parole. Les formules de l’imposition des cendres sont inspirées des Ecritures : Gen 3, 19 et Mc 1,15.

D’OU VIENNENT LES CENDRES ?

Les cendres viennent des rameaux bénis pendant le Dimanche des rameaux de l’année précédente, suivant une tradition qui remonte au XIIème siècle. La formule de bénédiction rappelle la condition de pécheur de qui la reçoit...

QUEL EST LE SYMBOLE DES CENDRES ?

Le symbolisme des cendres est le suivant : a) condition de faiblesse et de vanité de l’homme, qui avance vers la mort ; b) condition pécheresse de l’homme c) Prière et supplication ardente pour que Dieu lui vienne en aide ; d) Résurrection, étant donné que tout hommes est appelé à participer au triomphe du Christ.

A QUOI NOUS INVITE L’EGLISE PENDANT LE CARÊME ?

L’Eglise nous invite à faire du Carême un temps de retraite spirituelle dans lequel l’effort de méditation et de prière doit être soutenu d’un effort de mortification personnelle, laissée à la libre générosité de chacun.

QUELS SONT LES CONSEQUENCE D’UN BON CARÊME ?

Si on vit bien le Carême, on doit obtenir une authentique et profonde conversion personnelle, et nous préparer de cette manière à la plus grande fête de l’année : le dimanche de la Résurrection du Seigneur.

QU’EST-CE QUE LA CONVERSION ?

Se convertir veut dire se réconcilier avec Dieu, s’éloigner du mal, pour établir une relation d’amitié avec le Créateur. Cela suppose de se laisser aller au repentir et à la Confession de tous et chacun de nos péchés. Une fois rétablis dans la grâce (sans conscience de péché mortel), nous devons prendre la résolution de changer de l’intérieur (dans les attitudes) tout ce qui ne plaît pas à Dieu.

POURQUOI DIT-ON QUE LE CARÊME EST UN « TEMPS FORT » ET UN « TEMPS PENITENTIEL » ?

« Les temps et jours de pénitence au cours de l’année liturgique (le temps du carême, chaque vendredi en mémoire de la mort du Seigneur) sont des moments forts de la pratique pénitentielle de l’Eglise. Ces temps sont particulièrement appropriés pour les exercices spirituels, les liturgies pénitentielles, les pèlerinages en signe de pénitence, les privations volontaires comme le jeûne et l’aumône, le partage fraternel (œuvres caritatives et missionnaires) ». (Catéchisme de l’Eglise catholique, n° 1438)

~~QUELLES SONT LES OBLIGATIONS D’UN CATHOLIQUE PENDANT LE CARÊME ?

Il doit accomplir le précepte du jeûne le mercredi des Cendres et le Vendredi Saint et celui de l’abstinence chaque vendredi, ainsi que la confession et la communion.

EN QUOI CONSISTE LE JEÛNE ?

Le jeûne consiste à faire un seul repas pendant la journée, avec une alimentation frugale le matin et le soir. On ne doit rien manger entre les repas, sauf cas de maladie.

QUI EST OBLIGE AU JEÛNE ?

La loi du jeûne oblige tous ceux qui sont majeurs, jusqu’à l’âge de 59 ans. (cfr. CIC, n° 1252)

QU’EST-CE QUE L’ABSTINENCE ?

L’abstinence est le fait de se priver de viande (rouge, blanche ou dérivée).

QUI EST OBLIGE A L’ABSTINENCE ?

La loi de l’abstinence oblige tous ceux qui ont accompli 14 ans (CIC, n° 1252).

PEUT-ON CHANGER LA PRATIQUE DU JEÛNE ET DE L’ABSTINENCE ?

On ne doit pas vivre le jeûne ou l’abstinence comme une imposition, mais plutôt comme un moyen concret par lequel l’Eglise nous invite à croître dans le véritable esprit de pénitence.

QUELS SONT LES ASPECTS PASTORAUX QU’IL CONVIENT DE SOULIGNER PENDANT LE CARÊME ?

Le temps du Carême est un temps liturgique fort, dans lequel toute l’Eglise se prépare à la célébration des fêtes pascales. La Pâque du Seigneur, le Baptême et l’invitation à la réconciliation, moyennant le sacrement de la Pénitence, sont ses grandes coordonnées.

Repost 0
5 mars 2015 4 05 /03 /mars /2015 05:00

Et ce sont les con-tribuables qui vont régler encore une fois la note

Les départements vont jouer les papas ...
Repost 0

Présentation

  • : Le blog de J¨PGarcia
  • Le blog de J¨PGarcia
  • : Ce blog est fait uniquement pour faire passer des informations sur la ville le département la région et nationale
  • Contact

Recherche

Liens