Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
/ / /

 

 

n°143 Pont St Esprit, le 29 mai 2012

 

Beaucoup de ramdam pour du réchauffé : c’est ce qu’a fait la majorité avec le rapport de la Chambre Régionale des Comptes (période 2005/2010), correspondant à la fin de l’ancien régime. Rapport demandé par le maire pour confirmer les dérives de gestion que l’opposition s’échinait à dénoncer depuis des lustres, avec le même effet que si l’on avait prêché dans le désert, les spiripontain continuant à réélire l’ancien maire jusqu’en 2008.

Autrement dit, que du connu et déjà dénoncé, mais le détail chiffré par la CRC donne à ce rapport un caractère officiel, même si certaines remarques sont visiblement erronées ou mal fondées (voir Midi libre du 19 au 24 mai), mais nous n’ajouterons pas ici de polémique à la polémique…

Pour l’essentiel, ce rapport met en relief les abus commis par l’ancienne majorité qui, pour graves qu’ils soient, ne sont jamais qualifiés de malversations, ce dont on pouvait se douter, comme je l’ai déjà écrit à l’adresse des candidats qui pensaient trouver des cadavres dans les placards de la mairie : « il faudrait être un peu naïf pour s’imaginer qu’un vieux briscard comme Baumet, serait assez imprudent pour laisser derrière lui des traces compromettantes, si toutefois il y en avait ».

Il semble effectivement que l’on soit dans ce contexte, si bien que même si la CRC ne dénonce pas de malversations, le maire pense qu’elles peuvent néanmoins exister, et a engagé (ou va le faire), diverses procédures juridiques contre l’ancien maire, son premier adjoint et leur Directeur des services. Bref, la haine et la hargne de la majorité ne s’émoussent pas avec le temps…

Conseil municipal du 22 mai : annoncé par la mouvance majoritaire à grands coups de trompe, comme l‘événement du siècle, le maire devant y faire un one man show pour commenter le rapport de la CRC, en profiter pour se payer encore une fois les élus de l’opposition, et se faire applaudir par les siens. Pour l’occasion, la salle des fêtes a été réquisitionnée, mais les aficionados des faenas de Castillon toréant ses bêtes noires sont restés sur leur faim, fatigués des banderilles que le maire leur plante à chaque occasion, les élus d’opposition s’étant décommandés.

En leur absence, le rapport de la CRC a été commenté dans le calme, mais le maire n’a pas pu s’empêcher de qualifier le caractère des fautes de gestion de son prédécesseur de criminel (sic), ce qui est pour le moins excessif, car si l’ancien maire devait répondre un jour de quelque délit que ce soit concernant sa gestion, ce serait évidemment en correctionnelle, et non aux assises.

Le maire sachant cela, on peut se demander pour quelle raison il s’est laissé aller à utiliser le terme criminel au lieu de délictueux, et de l’avoir répété, ce qui montre bien que ce n’était pas un lapsus. Les observateurs avancent deux remarques :

« 1/ En campagne, des proches du maire disaient : ‘’politiquement, quand on aura ‘’tué’’ Baumet, il faudra revenir tous les matins tirer une rafale de Kalachnikov sur sa tombe pour l’empêcher de ressortir’’. Et, de façon imagée, c’est bien ce que fait le maire en revenant sans cesse sur la mauvaise gestion de son prédécesseur.

2/ Dans la bouche du maire, le terme ‘’criminel’’ traduit son côté Grand Inquisiteur, un Torquemada aux petits pieds : celui qui n’adhère pas à ses idées doit être brûlé, et, si possible, torturé avant pour abjurer. Son masque tragique, le soir des présidentielles quand le candidat du PS n’arrivait pas en tête, traduit bien son idéal démocratique type diode Zener, à sens unique ».

Deux observations qui mettent en relief l’acharnement du maire à l’égard de son prédécesseur, alors qu’il est d’usage que la victoire apaise les rancœurs chez celui qui gagne les élections, ce dont il se réjouit et tourne la page. Il est vrai qu’à refuser de mettre les banques face à leurs responsabilités (ce qui n’est pas impossible contrairement à ce qu’il essaie de faire croire), il faut bien que le maire en rajoute pour justifier, le moment venu, ce qui sera un bien maigre bilan…

Enfin, comme le veut désormais le nouveau rituel, à la fin de la réunion du conseil municipal, le public, composé à 95% d’amis du maire, l’a applaudi béatement…mais sans enthousiasme.

La guerre picrocholine (suite) : déclenchée par le très susceptible Talon, président du Sitdom, dont la mégalomanie dispendieuse a été dénoncée par l’association des Contribuables (voir lettres 139 et 140), qu’il cite à comparaître le 1er juin pour diffamation. Procédure pour le moins étonnante, Talon et l’association des Contribuables créée par le maire, lequel siège au Sitdom, étant tous du même bord… Il faut donc en conclure que Picrochole Talon n’a pu résister au plaisir d’assouvir son irréductible susceptibilité, d’autant que les frais de Justice et d’avocats ne lui coûteront rien, puisque c’est le Sitdom (donc nous tous citoyens contribuables), qui paiera tout…

La pensée du jour : la Justice, cette forme endimanchée de la vengeance. (Stephen Hecquet)

Partager cette page

Repost 0

Présentation

  • : Le blog de J¨PGarcia
  • Le blog de J¨PGarcia
  • : Ce blog est fait uniquement pour faire passer des informations sur la ville le département la région et nationale
  • Contact

Recherche

Liens