Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 mars 2013 5 15 /03 /mars /2013 14:11

 

LA LETTRE   n° 162 Pont-St-Esprit, le 15 mars 2013

 

Du Sahel aux banlieues : certains observateurs considèrent que si l’armée française se retire du Sahel, les forces islamistes pourraient se reconstituer et reprendre leur progression, si bien que l’intervention française pourrait n’avoir servi qu’à les ralentir temporairement. A moins que nos dirigeants aient voulu, par cette action, faire comprendre à ceux des banlieues (dont certains sont allés au Sahel épauler leurs frères), que le pouvoir n’est pas au bout du fusil (ou de la révolte, armée ou pas), mais au terme d’un processus démocratique… Allez savoir.

Enfin, cette intervention aura au moins montré une chose, c’est que nos gouvernants sont meilleurs pour faire la police au lointain Sahel, que dans nos proches banlieues… comme récemment à La Paillade, où le préfet et la maire de Montpellier venus en représentation, ont dû fuir comme des péteux une inauguration qui n’a pu avoir lieu…

Mais rassurez-vous braves gens, dans le même journal qui relatait ces faits en quelques lignes discrètes, une pleine page était consacrée à un sociologue venu nous expliquer doctement, que la délinquance n’était pas en augmentation ni plus violente qu’avant. Avant, pour ceux qui n’ont pas la mémoire courte, étant l’époque, pas si lointaine, où un képi de garde champêtre aperçu à l’horizon, suffisait à assurer calme et tranquillité, et inspirer à Trenet la chanson : douce France…

 

Ceux qui se mordent les doigts : après avoir soutenu Castillon et ses manœuvres pour être seul face à Baumet, afin d’avoir les mains libres une fois élu… Parmi eux, ceux qui vont retourner à Paris le 24 mars, pour s’opposer au mariage homo qui doit être voté par les députés, dont le nôtre, Socialiste depuis les dernières élections, le maire Castillon l’ayant aidé à battre le sortant de droite qui, lui, ne voterait pas la loi faisant la promotion des homos.

Enfin, comme disait Kennedy : «une erreur ne devient une faute que si l’on refuse de la corriger», ainsi, espérons que ces électeurs égarés se souviendront de leur erreur, quand ils seront prochainement approchés, par ceux qui préparent la liste des insatisfaits de la majorité…

 

Le contrat de l’eau : et de l’assainissement (ça va ensemble), arrive à expiration en fin d’année. Occasion pour la commune d’en finir avec l’affermage qui enrichit Veolia au détriment des Spiripontains, et en revenir à la régie municipale, moins coûteuse. D’autant que c’est la tendance actuelle des communes bien gérées. Espérons que la majorité municipale fera le bon choix. Petit historique sur l’origine du contrat actuel :

Courant 1993, devant l’augmentation abusive du prix de l’eau qui était déjà prohibitif (40% au dessus de la moyenne nationale), je me penche sur le dossier et découvre que ce prix excessif résulte d’un avenant occulte, passé en 1989 par le maire avec la CGE (rebaptisée depuis, Veolia), et ceci, à l’insu du conseil municipal, donc, dans la plus totale illégalité…ce qu’en langage trivial on appelle, une magouille. Laquelle va permettre à la CGE de s’enrichir abusivement sur le dos des Spiripontains (ce qui peut laisser suspecter qu’elle ne soit pas seule à en profiter…).

Je rédige donc un mémoire auquel se rallient tous les autres élus d’opposition, J.M.Daver, G.Guilhen, L.Moulin et M.Tachon, et nous saisissons le Tribunal administratif. La procédure durera près de 10 ans, sans cesse retardée par toutes sortes d’entraves procédurières et autres péripéties…m’obligeant à me faire assister par un cabinet d’avocats spécialisés (que quelques amis et sympathisants m’ont aidé à payer). Pour en arriver quand même, à ce que le Tribunal ordonne la résiliation du contrat passé par le maire avec la CGE, et impose ainsi la négociation d’un autre contrat. Affaire qui se clôt en réunion du conseil municipal le 22 décembre 2003.

Evidemment, le maire a fait en sorte de négocier le nouveau contrat avec Veolia, mais en termes tout de même plus avantageux pour les Spiripontains qui, depuis, payent l’eau 20% moins cher. De plus le contrat a été établi pour une durée de 10 ans, alors que le précédent l’était pour 30 !

C’est donc ce contrat de 2003 qui arrive à expiration fin 2013. La majorité ayant changé, on peut espérer que le dossier sera examiné dans l’intérêt bien compris des Spiripontains, et devrait donc écarter l’affermage au profit de la régie municipale. On aura l’occasion d’y revenir.

Enfin, notons que la renégociation du contrat de l’eau imposée à l’ancien maire est l’action la plus importante réalisée, au profit des Spiripontains, par l’opposition municipale de l’ère Baumet. Et je suis heureux d’en avoir été l’instigateur et l’avoir menée à son terme avec succès, n’en déplaise à mes détracteurs qui font semblant de l’avoir oublié…et qui à l’époque ne se sont pas mouillés.

 

La pensée du jour : L’eau, liquide si impur qu’une seule goutte suffit à troubler un verre de pastis.

(Alfred Jarry)

 

Toutes les lettres sont à disposition sur le blog : http://lalettredelouisesparza.blogg.org

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de J¨PGarcia
  • Le blog de J¨PGarcia
  • : Ce blog est fait uniquement pour faire passer des informations sur la ville le département la région et nationale
  • Contact

Recherche

Liens