Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 décembre 2015 1 14 /12 /décembre /2015 18:37

Gard : menaces sur les finances du Département

L e conseil départemental a du mal à boucler son budget 2015 et pour la suite c'est pire.

Le Département du Gard sous tutelle préfectorale avant un retour aux urnes ? Le scénario n'est peut-être pas à écarter complètement. Car depuis le mois de mars, à la situation financière déjà plombée du conseil départemental s'est ajoutée une instabilité politique source de tous les dangers.

A la peine pour chercher 20 à 25 millions pour 2016

En ce début décembre, à l'heure où communes et intercommunalités présentent, une à une, leurs projets de budget 2016, le Département, quant à lui, patine. Il vient certes d'obtenir une enveloppe exceptionnelle de 4,5 M€ de l'État pour atténuer un peu la facture colossale liée à l'augmentation des allocations de solidarités (65 M€ non compensées chaque année), mais il est à la peine à la fois pour boucler les investissements programmés en 2015 et pour chercher 20 à 25 M€ pour 2016, en sachant que les dépenses sociales quasi incontournables représentent plus de 60 % du fonctionnement du Département.

Bref, depuis quelques jours, c'est branle-bas de combat rue Guillemette. Déjà repoussé une fois à fin février, le vote du budget 2016 vient d'être encore décalé à la fin du mois de mars, soit le délai maximal autorisé aux collectivités. Quant aux audits organisationnel, financier et patrimoniaux lancés avant l'été, ils devaient être présentés aux groupes politiques le 15 décembre mais leur divulgation a été repoussée au mardi 22.

C'est que Denis Bouad joue gros, et il le sait. D'ici au vote du budget 2016, il aura dû relever plusieurs défis. Proposer des mesures qui puissent remettre à flot le bateau départemental de manière durable en évitant la colère des agents, sans rompre avec ses partenaires de la majorité relative de gauche, tout en ayant tenu compte au maximum des propositions que les groupes d'opposition Le Bon Sens républicain et UDI et Indépendants jugeront incontournables.

La piste glissante de la hausse des impôts

Car ces deux groupes-là détiennent le sort du Département. Sans l'abstention de tout ou partie de ces groupes, c'est le scénario infernal qui s'engage : rejet du budget, tutelle préfectorale et sans doute rapidement retour aux urnes. Du coup, ce n'est pas un hasard si, devant la situation dramatique des finances départementales en cette fin d'année, et face aux coupes et réformes profondes à engager, ces deux groupes d'opposition avaient rendez-vous ce lundi avec le président du conseil départemental. Une rencontre décidée il y a quelques jours seulement.

Selon nos informations, le président Bouad aurait également prévu de rencontrer très vite le sénateur-maire de Nîmes Jean-Paul Fournier et le président de Nîmes Métropole Yvan Lachaud. L'exécutif départemental est en effet à la recherche d'un consensus aussi large que possible entre la majorité et les oppositions républicaines sur les solutions à mettre en œuvre.

D'ores et déjà, l'option de l'augmentation de la fiscalité - apparemment évoquée ces derniers jours - paraît très compliquée à faire valider par le plus grand nombre. Outre que les deux groupes de droite ont répété durant la campagne qu'ils voulaient réduire la pression fiscale, le groupe PCF semble lui aussi très réticent à actionner ce levier.

Satellites et mutualisations

Denis Bouad répète ces derniers mois qu'il est prêt "à agir, à réformer le Département et ne se contentera pas de mots". Il l'a dit à nouveau, solennellement, la semaine dernière devant les quelque 300 chefs de service du Département qu'il a réunis pour leur parler de la situation. Une intervention, tel un moment de vérité où l'élu, tout en se voulant offensif sur l'intérêt de réformes profondes, a quand même insisté lourdement sur le sang et les larmes à venir : "Nous aurons des choix difficiles à faire, assumer des décisions parfois impopulaires", a-t-il prévenu en lançant quelques pistes : "Nous ne remplacerons plus tous les départs à la retraite, nous allons baisser de manière conséquente les financements à nos satellites", a-t-il lâché. L'élu a également parlé de mutualisation des services.

Voilà plus que jamais Denis Bouad au pied du mur. Aura-t-il la volonté de trancher dans le vif, de définir de grandes orientations stratégiques, de mettre fin aux saupoudrages qu'ont tant fait prospérer ses prédécesseurs ? Réponse fin mars.

Voir les commentaires

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de J¨PGarcia
  • Le blog de J¨PGarcia
  • : Ce blog est fait uniquement pour faire passer des informations sur la ville le département la région et nationale
  • Contact

Recherche

Liens